• « Alléluia ! Louez Dieu dans son temple saint, louez-le au ciel de sa puissance ; louez-le pour ses actions éclatantes, louez-le selon sa grandeur ! Louez-le en sonnant du cor, louez-le sur la harpe et la cithare ; louez-le par les cordes et les flûtes, louez-le par la danse et le tambour ! Louez-le par les cymbales sonores, louez-le par les cymbales triomphantes ! Et que tout être vivant chante louange au Seigneur ! Alléluia ! »

    Psaume 150.

     

     

     

Les paraboles de Jésus – Introduction

Chers auditeurs * bonjour.

Nous allons nous mettre à l’écoute de l’enseignement de Jésus-Christ.

Jésus était un grand enseignant. Sans avoir été à l’école rabbinique, à l’âge de 12 ans il étonnait les grands rabbins de son époque : Tous ceux qui l’entendaient s’extasiaient de l’intelligence de ses réponses. (Luc 2 : 47). Tous exprimaient leur admiration à l’égard de Jésus et s’étonnaient des paroles merveilleuses qu’il prononçait. (Luc 4 : 22). C’est que son savoir venait d’ailleurs, il venait ‘’d’en haut’’ !  Il vaut donc la peine de nous mettre à son écoute.

Sa méthode d’enseignement préférée était d’employer des paraboles : C’était en quelque sorte les B.D. de son époque et de sa culture ! On trouve en effet déjà des paraboles dans l’Ancien Testament ; Je pense par exemple à la petite histoire que le prophète Nathan raconte au roi David pour dénoncer son adultère avec Bath-Shéba (II Samuel 12) : « Un homme riche a pris la brebis du pauvre… Que mérite-t-il ? La mort répond David, à quoi le prophète répond : Tu es cet homme-là ! ».

Jésus employait des images simples de l’environnement de chacun que tous connaissaient, ou des histoires de la vie courante,  pour parler de vérités abstraites et de choses spirituelles. C’est une méthode très pédagogique car elle frappe l’imagination et la mémoire. Si ses images sont simples, elles ne sont pas pour autant des histoires pour enfants, car elles font beaucoup réfléchir.

Il semble même curieusement qu’il parle ainsi dans une sorte de langage codé compréhensible seulement pour ses disciples, (et encore…), et qui reste impénétrable pour ‘’ceux du dehors’’ : C’est ce que nous disent les passages suivants :

Marc 4 : 10/11 : Lorsqu’il fut en particulier, ceux qui l’entouraient avec les douze l’interrogèrent sur les paraboles. 11  Il leur dit : C’est à vous qu’a été donné le mystère du royaume de Dieu ; mais pour ceux qui sont dehors tout se passe en paraboles.

Matthieu 13 : 10/17 : Les disciples s’approchèrent, et lui dirent : Pourquoi leur parles–tu en paraboles ? 11  Jésus leur répondit : Parce qu’il vous a été donné de connaître les mystères du royaume des cieux, et que cela ne leur a pas été donné. 12  Car on donnera à celui qui a, et il sera dans l’abondance, mais à celui qui n’a pas on ôtera même ce qu’il a. 13  C’est pourquoi je leur parle en paraboles, parce qu’en voyant ils ne voient point, et qu’en entendant ils n’entendent ni ne comprennent. 14  Et pour eux s’accomplit cette prophétie d’Esaïe : Vous entendrez de vos oreilles, et vous ne comprendrez point ; Vous regarderez de vos yeux, et vous ne verrez point.

15  Car le cœur de ce peuple est devenu insensible ; Ils ont endurci leurs oreilles, et ils ont fermé leurs yeux, De peur qu’ils ne voient de leurs yeux, qu’ils n’entendent de leurs oreilles, Qu’ils ne comprennent de leur cœur, Qu’ils ne se convertissent, et que je ne les guérisse. 16  Mais heureux sont vos yeux, parce qu’ils voient, et vos oreilles, parce qu’elles entendent ! 17  Je vous le dis en vérité, beaucoup de prophètes et de justes ont désiré voir ce que vous voyez, et ne l’ont pas vu, entendre ce que vous entendez, et ne l’ont pas entendu.

Jésus cite un passage du prophète Esaïe qui peut nous surprendre : Si c’est Dieu lui-même qui a aveuglé son peuple, comment pourra-t-il comprendre ce qu’Il lui dit ?  Mais les choses s’éclairent si l’on regarde ces paroles à la lumière de « l’histoire du salut » : Comme nous l’explique l’apôtre Paul dans l’épitre aux Romains, le « mystère de l’endurcissement d’Israël » a été permis par Dieu pour que les païens puissent entrer dans le Royaume. (Romains 11 : 1/5 – 25/26 – Jean 12 : 27/43). Les « mystères du Royaume » sont des choses qui ont été cachées pendant un temps (celui de l’Ancienne Alliance) et qui sont révélées à la venue de Jésus.

Ainsi le sens des paraboles  est donné par le Saint-Esprit ‘’à ceux du dedans’’ comme un « secret de famille », et pas forcément aux plus intelligents, bien au contraire. Jésus dit : « tu as caché ces choses aux intelligents et tu les as révélé aux enfants ». (Luc 10 : 21) Nous avons donc besoin du Saint-Esprit pour les comprendre et d’un cœur bien disposé pour les accueillir.

Peu de chrétiens savent qu’il y a une quarantaine de paraboles dans les évangiles ! Certaines sont très connues, comme celle du « fils prodigue », mais d’autres –plus difficiles- sont rarement commentées. Nous vous proposons au cours de ces émissions de nous mettre à l’écoute de chacune d’elles. Nous mettre ainsi à l’étude des paraboles c’est véritablement entrer à l’école des disciples de Jésus.


* Philippe André, Pasteur à la retraite, intervient dans des émissions sur Radio RCF Nièvre. Il nous propose un cycle sur les paraboles de Jésus. Si vous souhaitez acheter le CD audio de l’émission, contactez-le sur cette page.

Bookmark the permalink.

Comments are closed